Il nous faut 21 jours

pour changer une habitude...


Il nous faut 21 jours pour se déconditionner et changer une habitude, 3 semaines de 7 jours, c'est bien peu dans une vie ! Surtout si on considère la capacité extraordinaire de l'être humain à se transformer au regard du potentiel de croissance que nous révèle l'enfance !

De la rencontre de deux cellules au foetus, le processus d'évolution est à l'oeuvre.

De l'enfant allongé à l'enfant qui marche et danse, de l'enfant qui babille à l'enfant qui parle et réfléchit, le processus de l'évolution est à l'oeuvre. L'être humain change et évolue en permanence grâce à l'extraordinaire plasticité du cerveau. Et cela est possible à tout âge dès lors que nous gardons l'esprit ouvert : envisager le changement comme une réalité tout aussi possible que notre réalité actuelle que nous ne supportons plus.

"Je ne peux pas changer, c'est plus fort que moi..."


Notre être est sensible à l'environnement dans lequel il se trouve. Toute exposition à une menace ou un danger récurrent nous oblige à nous adapter.

Notre incapacité à le faire engendre une exposition répétée ou prolongée à une situation "inconfortable" qui peut devenir source de tension intérieure et extérieure.

Nous entrons alors dans un "cercle vicieux" que je qualifierai de "spirale d'involution", dans le sens où chaque attitude répétée que l'on ne change pas vient ancrer plus en profondeur notre inconfort tant dans notre corps que dans le coeur et la tête...

Les douleurs apparaissent, le ressentiment et les émotions sont à fleur de peau et les pensées sont confuses. Nous n'arrivons plus à prendre de décisions cohérentes et nous avons la sensation que la situation empire de jour en jour. C'est le cercle infernal !

Le stress


Le bon et le mauvais...


Il y a le bon stress, celui qui nous rend alerte, vigilant, attentif, prudent, contribuant ainsi à notre dynamisme et notre capacité d'adaptation...


et puis, il y a le mauvais stress, celui qui nous fait mal, tant dans le corps que dans notre tête et qui nous empêche de vivre en accord avec notre cœur...


Le stress devient de l'anxiété lorsque trois conditions sont réunies :


1. le sentiment d'imminence d'un danger amplifiant toutes les images à la propension d'un drame

2. l'attitude d'attente devant le danger mettant la personne en état d'alerte

3. le désarroi, la conviction de l'impuissance absolue et le sentiment de désorganisation


L'activité neuro-hormonale (cortisol et adrénaline) entraîne une dérégulation neurovégétative : problèmes de digestion, de sommeil, de thermorégulation, etc.


Si l'exposition perdure, cela peut entraîner une grande fatigue, qui peut se transformer en fatigue nerveuse, puis en anxiété, puis en angoisse et enfin maladie physique (ulcères, troubles cardio-vasculaires) ou mentale (dépression).

 

Théodore Nassé

L'équilibre hormonal


Toute situation stressante nous invite à fuir ou se battre, par peur ou colère, dans un idéal de performance et de réussite...en augmentant notre pression artérielle et en diminuant l'activité du système digestif.

L'adrénaline en est le "super carburant".


Toute situation plaisante nous procure confiance et curiosité, ralentissant le cœur et le système circulatoire et augmentant notre activité digestive.

L'ocytocine en est le "nectar de guérison".


Il s'agit de trouver l'équilibre entre l'effort / le stress (réaction lutte-ou-fuite) et le repos / la récupération (système repos et récupération).


A lire :  "Ocytocine : l'hormone de l'amour" du Pr. Kerstin Uvnas Möberg, Ed. Le souffle d'or, Paris, 2006.

Développer sa réceptivité,

retrouver son intuition...


Comprendre nos réflexes et nos habitudes, qu'elles soient liées à notre conditionnement familial ou culturel, c'est mettre en cohérence notre histoire personnelle.

Cet éclairage engendre un relâchement physique et psychique de la tension nous rendant plus réceptifs à nous-mêmes et à notre environnement. La réceptivité, c'est la capacité à s'oublier afin d'accueillir totalement et pleinement ce qui se présente à Soi et d'agir en conséquence. C'est une écoute vierge de toute interprétation ou jugement qui oblige au silence intérieur et au calme de l'esprit.

La sophrologie, discipline inspirée des Traditions qui maîtrisent cette qualité d'être (Yoga, Bouddhisme et Zen), est une pratique particulièrement adaptée à l'activation de notre spirale d'évolution...   Découvrez-la !

Travailler sur Soi permet d'agir

sur cette spirale d'involution...

 

Par la prise de conscience des mécanismes que nous mettons en place pour parer l'inconfort d'une situation, nous percevons mieux qu'elle est notre stratégie d'adaptation et quelle devrait être celle qui est la plus appropriée pour se sentir de nouveau dans une sensation confortable.

La personne trouve alors en elle-même les ressources, et modifie ses perceptions et son regard, ajuste ses habitudes comportementales et ainsi sa présence dans l'environnement.

Il lui est alors possible de rétablir l'équilibre intérieur et de renverser le sens de la spirale pour devenir une "spirale d'évolution",  propice au développement de l'être humain, à sa prise de conscience et au plaisir d'être en accord avec soi-même et son environnement. Un goût de paradis émerge alors !

Stéphanie ROSSOLLIN  NICOLAS - Psychologue & Sophrologue - Tel. : 06 24 36 52 93 - 83 600 FRÉJUS -

Mail : srossollin@wanadoo.fr      -      Site : www.psychoetsophro.com

Contact / Ateliers - Esprit de Famille - Cercle de Lune - Méditations

Adeli : 839305638   Siret : 519 196 570 000 13